Online: 3  |   Today: 152  |   Total: 530354
en  en
Home  >  Consult
Droit du travail | Labor code

EN VUE D'EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS

EN VUE D'EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS

CONVENTION ENTRE

LEGOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

ET

LEGOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE SOCIALISTE DU VIET NAM

EN VUE D'EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET DE PREVENIR L'EVASION ET LA

FRAUDE FISCALES EN MATIERE D'IMPOTS SUR LE REVENU ET SUR LA FORTUNE

(ENSEMBLE UN PROTOCOLE)

signée à Hanoï le 10 février 1993,

approuvée par la l oi n° 94-323 du 25 avril 1994

(JO du 26 avril 1994)

entrée en vigueur le 1er j uillet 1994

et publiée par le décret n° 94-1101

du 13 décembre 1994

(JO du 20 décembre 1994)

Protocole

publié dans les mêmes conditi ons que l a Convention.

CONVENTION  ENTRE  LE  GOUVERNEMENT  DE  LA  REPUBLIQUE  FRANCAISE  ET  LE

GOUVERNEMENT  DE  LA  REPUBLIQUE  SOCIALISTE  DU  VIET  NAM  EN  VUE  D'EVITER

LES  DOUBLES  IMPOSITIONS  ET  DE  PREVENIR  L'EVASION  ET  LA  FRAUDE  FISCALES

EN  MATIERE  D'IMPOTS  SUR  LE  REVENU  ET  SUR  LA  FORTUNE  (ENSEMBLE  UN

PROTOCOLE)

Le  Gouvernement  de  la  République  française  et  le  Gouvernement  de  la  République

socialiste du Viêt Nam,

Désireux  de  conclure  une  convention  en  vue  d'éviter  les  doubles  impositions  et  de  prévenir

l'évasi on  et  l a  fraude  fi scales  en  matière  d'impôts  sur  l e  revenu  et  sur  la  fortune,  sont

convenus des dispositions suivantes:

Article 1er

Personnes visées

La  présente  Convention  s'applique  aux  personnes  qui  sont  des  résidents  d'un  Etat

contractant ou des deux Etats contractants.

Article2

Impôts visés

1. La présente  Convention  s'applique aux  impôts  sur  l e  revenu  et  sur  la  fortune  perçus  pour

le  compte  d'un  Etat  contractant  ou  de  ses  collectivités  l ocal es,  quel  que  soit  le  système  de

perception.

2.  Sont  consi dérés  comme  impôts  sur  le  revenu  et  sur  la  fortune  l es  impôts  perçus  sur  le

revenu total, sur lafortune total e, ou sur des éléments  du  revenu ou  de  lafortune, y  compris

les  impôts  sur  les  gai ns  provenant  de  l'aliénation  de  biens  mobiliers  ou  immobiliers,  les

impôts  sur  le  montant global des  salaires  payés  par  les  entreprises, ainsi que  l es  impôts  sur

les pl us-values.

3. Les impôts actuels auxquels s'applique la Convention sont notamment:

a) En ce qui concerne l a France:

i) l'impôt sur l e revenu;

ii) l'impôt sur l es sociétés;

iii) l'impôt de soli darité sur l a fortune,

(ci-après dénommés " impôt français ");

b) En ce qui concerne l e Vi êt Nam:

i) l'impôt sur l e revenu;

ii) l'impôt sur l es bénéfices;

iii) l'impôt sur lestransferts de bénéfi ces à l'étranger;

iv) l'impôt  sur  le  revenu  des  entrepreneurs  étrangers  ;v) l'impôt  sur  l e  revenu  des

sous-trai tants étrangers dans le domaine pétroli er;

vi)toute taxe à caractère fiscal  sur la fortune,

(ci-après dénommés " impôt Vietnamien ").

4.  La  Convention  s'applique  aussi  aux  impôts  de  nature  identi que  ou  analogue  qui  seraient

établis  après  l a  date  de  si gnature  de  l a  Conventi on  et  qui  s'ajouterai ent  aux  impôts  actuels

ou  qui  l es  remplaceraient.  Les  autorités  compétentes  des  Etats  contractants  se

communi quent  le  plus  rapi dement  possible  les  modi fications  importantes  apportées  à  l eurs

législati ons fiscal es respectives.

Article3

Définitions générales

1.  Au  sens  de  la  présente  Convention,  à  moi ns  que  le  contexte  n'exige  une  interprétati on

di fférente:

a) Le  terme  " France "  désigne  les  départements  européens  et  d'outre-mer  de  la

République  française  y  compris  la  mer  territoriale  et  au-del à  de  celle-ci,  les  zones  sur

lesquelles,  en  conformité  avec  le  droit  international,  l a  République  française  a  des  droits

souverains  aux  fi ns  de  l'expl orati on  et  de  l'exploitati on  des  ressources  naturelles  des  fonds

marins, de l eur sous-sol et des eaux surjacentes;

b) Le  terme  " Viêt  Nam "  au  sens  géographique  désigne  l e  territoire  de  la  République

Socialiste du Viêt  Nam  y  compris  :- l es  zones  maritimes  à  l'extérieur  de  la  zone  maritime  du

Viêt Nam dans lesquelles l e Vi êt Nam exerce ses  droits de  souveraineté,  conformément à  la

loi  internationale  et  Vietnamienne  vis-à-vis  du  fonds  marin,  de  l'espace  sous-marin  et  des

ressources naturelles ;- les eaux surjacentes, l'espace aérien au-dessus des zones citées ci

dessus en ce qui concerne la prospection ou l'exploitation des ressources naturell es.

c) Les  expressions  " un  Etat  contractant "  et  " l'autre  Etat  contractant "  désignent,

suivant les cas, la France ou le Viêt Nam;

d) Le  terme  " personne "  comprend  les  personnes  physiques,  les  soci étés  et  tous

autres groupements de personnes;

e) Le  terme  " société "  dési gne  toute  personne  moral e  ou  toute  entité  qui  est

consi dérée comme une personne morale aux fins d'impositi on;

f) Les  expressions  " entreprise  d'un  Etat  contractant "  et  " entreprise  de  l'autre  Etat

contractant "  dési gnent  respectivement  une  entreprise  exploitée  par  un  résident  d'un  Etat

contractant et une entreprise exploitée par un résident de l'autre Etat contractant ;

g) L'expression  "trafic  i nternational "  désigne  tout  transport  effectué  par  un  navire  ou

un aéronef expl oité par un  résident  d'un  Etat  contractant,  sauf  l orsque  l e  navire  ou  l'aéronef

n'est exploité qu'entre des points situés dans l'autre Etat contractant;

h) L'expression " autorité compétente " dési gne:

i) dans l e cas de l a France, le mi nistre du budget ou son représentant autorisé;

ii) dans l e cas du Viêt Nam, l e ministre des fi nances ou son représentant autorisé.

2.  Pour  l'application  de  la  Convention  par  un  Etat  contractant,  tout  terme  ou  expression  qui

n'y  est  pas  défini  a  le  sens  que  lui  attri bue  le  droit  fiscal  de  cet  Etat  concernant  les  impôts

auxquels s'applique la Convention.

Article4

Résident

1.  Au  sens  de  la  présente  Convention,  l'expression  "résident  d'un  Etat  contractant"  désigne

toute  personne  qui,  en  vertu  de  la  l égisl ation  de  cet  Etat,  est  assujettie  à  l'impôt  dans  cet

Etat, en  raison  de  son domicile,  de  sa  rési dence,  de  son  siège  de  direction  ou  de  tout  autre

critère  de  nature  analogue.  Toutefois,  cette  expression  ne  comprend  pas  l es  personnes  qui

ne sont assujetties à l 'impôt dans cet  Etat  que pour  les  revenus  de  sources  situées dans  cet

Etat ou pour la fortune qui y est si tuée.

2.  Lorsque,  selon  les  dispositions  du  paragraphe 1,  une  personne  physi que  est  un  résident

des deux Etats contractants, sa situati on est régl ée de la mani ère suivante:

a) Cette  personne  est  considérée  comme  un  résident  de  l'Etat  où  elle  dispose  d'un

foyer  d'habitation  permanent  ;  si   elle  dispose  d'un  foyer  d'habitati on  permanent  dans  les

deux Etats, elle est consi dérée comme un résident de l'Etat avec l equel ses liens personnels

et économiques sont l es plus étroits (centre des intérêts vitaux);

b) Si  l'Etat  où  cette  personne  a  le  centre  de  ses  intérêts  vitaux  ne  peut  pas  être

déterminé, ou si elle ne dispose d'un foyer d'habitati on permanent dans aucun des Etats, elle

est consi dérée comme un résident de l'Etat où elle séjourne de façon habituelle;

c) Si  cette  personne  séjourne  de  façon  habituelle  dans  l es  deux  Etats  ou  si  elle  ne

séjourne  de  façon  habi tuelle  dans  aucun  d'eux,  elle  est  considérée  comme  un  résident  de

l'Etat dont ell e possède la nationalité;

d) Si  cette  personne  possède  la  nationalité  des  deux  Etats  ou  si  elle  ne  possède  la

nati onalité  d'aucun  d'eux,  les  autorités  compétentes  des  Etats  tranchent  l a  question  d'un

commun accord.

3.  Lorsque,  selon  les  dispositions  du  paragraphe  1,  une  personne  autre  qu'une  personne

physi que est un résident des deux Etats contractants, elle est considérée comme un rési dent

de l'Etat où son siège de direction effective est situé.

Article5

Etablissement stable

1.  Au  sens  de  la  présente  Convention,  l'expression  " établissement  stable "  désigne  une

installation  fixe  d'affaires  par  l 'intermédi aire  de  l aquelle  une  entreprise  exerce  tout  ou  partie

de son activité.

2. L'expressi on " établissement stable " comprend notamment :

a) Un siège de direction;

b) Une succursale;

c) Un bureau;

d) Une usine;

e) Un atelier, et

f) Une  mine,  un  puits  de  pétrole  ou  de  gaz,  une  carrière  ou  tout  autre  lieu  d'extraction

de ressources naturelles.

3. Un chantier de constructi on ou de montage ne constitue un établissement stabl e que si sa

durée dépasse 183 jours.

4.  Nonobstant  les  dispositi ons  précédentes  du  présent  article,  on  considère  qu'il  n'y  a  pas

" établissement stable " si:

a) Il  est  fait  usage  d'installations  aux  seul es  fi ns  de  stockage,  d'exposition  ou  de

livraison de marchandises appartenant à l'entreprise;

b) Des  marchandises  appartenant  à  l 'entreprise  sont  entreposées  aux  seul es  fins  de

stockage, d'exposition ou de livraison;

c) Des  marchandises  appartenant  à  l'entreprise  sont  entreposées  aux  seules  fins  de

transformati on par une autre entreprise;

d) Une  i nstallation  fixe  d'affaires  est  utilisée  aux  seules  fins  d'acheter  des

marchandises ou de réunir des informations pour l'entreprise;

e) Une i nstallation fixe d'affaires  est utilisée  aux  seulesfins  d'exercer, pour  l'entreprise,

toute autre activité de caractère préparatoire ou auxiliaire;

f) Une  i nstall ation  fixe  d'affaires  est  utilisée  aux  seul es  fins  de  l'exercice  cumulé

d'activités  mentionnées  aux  alinéas  a  à  e,  à  condition  que  l'activité  d'ensembl e  de

l'installation  fixe  d'affaires  résultant  de  ce  cumul  garde  un  caractère  préparatoire  ou

auxiliaire.

5.  Nonobstant  les  dispositi ons  des  paragraphes  1  et  2,  lorsqu'une  personne  -  autre  qu'un

agent  jouissant  d'un  statut  i ndépendant  auquel  s'applique  l e  paragraphe  6  -  agi t  pour  le

compte  d'une  entreprise  et  dispose  dans  un  Etat  contractant  de  pouvoirs  qu'elle  y  exerce

habituellement  l ui  permettant  de  concl ure  des  contrats  au  nom  de  l'entreprise,  cette

entreprise  est  considérée  comme  ayant  un  établissement  stable  dans  cet  Etat  pour  toutes

les  activités  que  cette  personne  exerce  pour  l'entreprise,  à  moins  que  les  activités  de  cette

personne  ne  soient  limitées  à  celles  qui  sont  mentionnées  au  paragraphe  4  et  qui,  si  elles

étai ent  exercées  par  l'intermédiaire  d'une  installation  fixe  d'affaires,  ne  permettraient  pas  de

consi dérer  cette  i nstall ation  comme  un  établissement  stabl e  sel on  les  dispositions  de  ce

paragraphe.

6.  Une  entreprise  n'est  pas  consi dérée  comme  ayant  un  établissement  stable  dans  un  Etat

contractant  du  seul  fait  qu'elle  y  exerce  son  activité  par  l'entremise  d'un  courtier,  d'un

commissionnaire  général  ou  de  tout  autre  agent  jouissant  d'un  statut  i ndépendant,à

condition que ces personnes agissent dans l e cadre ordi naire de leur activité.

7.  Le  fait  qu'une  soci été  qui  est  un  résident  d'un  Etat  contractant  contrôl e  ou  est  contrôlée

par  une  société  qui  est  un  résident  de  l'autre  Etat  contractant  ou  qui  y  exerce  son  activité

(que  ce soit par  l'i ntermédi aire  d'un  établissement  stable ou  non) ne  suffit pas,  en  lui-même,

à faire de l'une quelconque de ces soci étés un établissement stable de l'autre.

Article6

Revenus immobiliers

1.  Les  revenus  qu'un  résident  d'un  Etat  contractant  tire  de  bi ens  immobiliers  (y  compris  les

revenus  des  exploitations  agricol es  ou  forestières)  si tués  dans  l'autre  Etat  contractant  sont

imposables dans cet autre Etat.

2. L'expressi on " biens immobiliers " a le sens que lui attribue le droit de l'Etat  contractant où

les  bi ens  considérés  sont  situés.  L'expression  comprend  en  tout  cas  les  accessoires,  le

cheptel  mort ou  vi f  des expl oitations  agricoles  etforestières,  l es  droits  auxquels  s'appliquent

les  dispositi ons  du  droit  concernant  l a  propriété  foncière,  l'usufruit  des  biens  immobiliers  et

les  droi ts  à  des  paiements  vari ables  ou  fixes  pour  l'exploitation  ou  l a  concession  de

l'expl oitati on de gisements minéraux, sources et autres  ressources naturelles. Les navires  et

aéronefs ne sont pas consi dérés comme des biens immobiliers.

3.  Les  dispositions  du  paragraphe  1  s'appliquent  aux  revenus  provenant  de  l'exploitation

directe,  de  l a  location  ou  de  l'affermage,  ainsi  que  de  toute  autre  forme  d'expl oitation  de

biens immobiliers.

4.  Lorsque  la  propriété  d'acti ons,  parts  ou  autres  droits  dans  une  société  ou  une  autre

personne  morale  donne  au  propriétaire  la  jouissance  de  biens  immobiliers  situés  dans  un

Etat  contractant  et  détenus  par  cette  soci été  ou  cette  autre  personne  moral e,  l es  revenus

que  le  propriétaire  tire  de  l'utilisation  directe,  de  l a  location  ou  de  l'usage  sous  toute  autre

forme de son droit de j ouissance sont imposabl es dans cet Etat.

5. Les dispositions des paragraphes 1, 3 et 4 s'appliquent également  aux  revenus provenant

des biens  immobiliers  d'une entreprise  ai nsi  qu'aux  revenus  des biens immobiliers  servantà

l'exercice d'une profession indépendante.

Article7

Bénéfices des entreprises

1.  Les  bénéfices  d'une  entreprise  d'un  Etat  contractant  ne  sont  imposables  que  dans  cet

Etat,  à  moins  que  l'entreprise  n'exerce  son  activité  dans  l'autre  Etat  contractant  par

l'intermédiaire  d'un  établissement  stabl e  qui  y  est  situé.  Si  l'entreprise  exerce  son  activité

d'une  tell e  façon,  l es  bénéfices  de  l'entreprise  sont  imposabl es  dans  l'autre  Etat,  mais

uniquement dans la mesure où ils sont imputables à cet établissement stable.

2.  Sous  réserve  des  dispositi ons  du  paragraphe  3,  lorsqu'une  entreprise  d'un  Etat

contractant  exerce  son  activité  dans  l'autre  Etat  contractant  par  l'i ntermédi aire  d'un

établissement  stable  qui  y  est  situé,  il  est  imputé,  dans  chaque  Etat  contractant,  à  cet

établissement  stable  les  bénéfices  qu'il  aurait  pu  réaliser  s'il  avait  constitué  une  entreprise

distincte  exerçant  des  activités  identi ques  ou  analogues  dans  des  conditi ons  i dentiques  ou

analogues  et  traitant  en  toute  indépendance  avec  l'entreprise  dont  il  consti tue  un

établissement stable.

3.  Pour  déterminer  les  bénéfices  d'un  établissement  stabl e,  sont  admises  en  déducti on  l es

dépenses  exposées  aux  fi ns  poursuivies  par  cet  établissement  stable,  y  compris  les

dépenses de direction et les frais généraux d'administration ainsi exposés, soit dans l'Etat où

est situé cet établissement stable, soit ailleurs.

4.  S'il  est  d'usage,  dans  un  Etat  contractant,  de  déterminer  les  bénéfices  imputabl es  à  un

établissement  stable  sur  la  base  d'une  réparti tion  des  bénéfices  totaux  de  l'entreprise  entre

ses  diverses  parties,  aucune  disposition  du  paragraphe 2  n'empêche  cet  Etat  de  déterminer

les  bénéfices  imposables  selon  la  répartition  en  usage ;  la  méthode  de  répartiti on  adoptée

doit cependant être telle que le résultat obtenu soit conforme aux principes  contenus dans  le

présent article.

5.  Aucun  bénéfice  n'est  imputé  à  un  établissement  stable  du  fait  qu'il  a  simpl ement  acheté

des marchandises pour l'entreprise.

6.  Aux  fi ns  des  paragraphes  précédents,  l es  bénéfices  à  imputer  à  l'établissement  stable

sont  déterminés  chaque  année  selon  la  même  méthode,  à  moins  qu'il  n'existe  des  moti fs

valabl es et suffisants de procéder autrement.

7.  Lorsque  les  bénéfices  comprennent  des  él éments  de  revenu  traités  séparément  dans

d'autres  articles  de  la  présente  Convention,  l es  dispositions  de  ces  articles  ne  sont  pas

affectées par l es dispositions du présent article.

Article8

Navigation maritime et aérienne

1.  Les  bénéfices  d'un  résident  d'un  Etat  contractant  provenant  de  l'exploi tati on,  en  trafic

international, de navires ou d'aéronefs ne sont imposabl es que dans cet Etat.

2.  Les  dispositions  du  paragraphe  1  s'appliquent  aussi   aux  bénéfices  provenant  de  la

participation à un groupe ou pool, une exploitation en commun ou un organisme international

d'exploitation.

Article9

Entreprises associées

1. Lorsque:

a) Une  entreprise  d'un  Etat  contractant  partici pe  directement  ou  indirectement  à  la

direction, au contrôl e ou au capital d'une entreprise de l'autre Etat contractant, ou que

b) Les  mêmes  personnes  participent  directement  ou  indirectement  à  la  directi on,  au

contrôle  ou  au  capital  d'une  entreprise  d'un  Etat  contractant  et  d'une  entreprise  de  l 'autre

Etat contractant,

et que, dans l'un ou l'autre cas, les deux entreprises sont, dans  leurs  relations  commerciales

ou  fi nancières,  liées  par  des  conditi ons  convenues  ou  imposées  qui  di ffèrent  de  celles  qui

seraient  convenues  entre  des  entreprises  indépendantes,  l es  bénéfices  qui,  sans  ces

conditions, aurai ent été réalisés par  l'une  des entreprises  mais n'ont pu  l'être en fait  à  cause

de  ces  conditions  peuvent  être  inclus  dans  les  bénéfi ces  de  cette  entreprise  et  imposés  en

conséquence.

2.  Lorsqu'un  Etat  contractant  incl ut  dans  les  bénéfices  d'une  entreprise  de  cet  Etat  -  et

impose  en  conséquence  -  des  bénéfices  sur  lesquels  une  entreprise  de  l'autre  Etat

contractant  a  été  imposée  dans  cet  autre  Etat,  et  que  les  bénéfices  ainsi  i nclus  sont  des

bénéfices  qui  aurai ent  été  réalisés  par  l'entreprise  du  premi er  Etat  si   les  conditions

convenues  entre  l es  deux  entreprises  avaient  été  celles  qui  auraient  été  convenues  entre

des  entreprises  indépendantes,  l'autre  Etat  procède  à  un  ajustement  approprié  du  montant

de l'impôt qui y a été perçu sur ces bénéfices s'il estime que  cet ajustement est  j usti fi é.  Pour

déterminer  cet  ajustement,  il  est  tenu  compte  des  autres  dispositions  de  l a  présente

Conventi on et, si nécessaire, les autorités compétentes des Etats contractants se consultent.

Article 10

Dividendes

1.  Les  dividendes  payés  par  une  société  qui  est  un  rési dent  d'un  Etat  contractant  à  un

résident de l'autre Etat contractant sont imposables dans cet autre Etat.

2. Toutefois, ces dividendes sont aussi imposables dans l'Etat contractant dont la soci été qui

paie les dividendes est un rési dent, et selon l a législation de cet Etat, mais si l a personne qui

reçoit l es divi dendes en est l e bénéfici aire effecti f, l'impôt ai nsi établi ne peut excéder:

a) Lorsque l a soci été qui paie les dividendes est un rési dent de France:

i) 5 p. cent  du  montant brut  des dividendes  si   le bénéfici aire effecti f est une  société

(autre qu'une soci été de personnes) qui déti ent  directement  au  moi ns  10 p. cent du

capital de la soci été qui paie les dividendes;

ii) 15 p. cent du montant brut des dividendes danstous l es autres cas;

b) Lorsque la soci été qui paie l es dividendes est un résident du Vi êt Nam:

i) 7 p. cent  du  montant brut  des dividendes  si   le bénéfici aire effecti f est une  société

qui déti ent  directement  ou  indirectement  plus  de  50 p. cent  du  capi tal  de  l a  société

qui paie les dividendes;

ii) 10 p. cent  du  montant  brut  des  dividendes  si  le  bénéficiaire  effecti f  est  une

société  qui  déti ent  directement  ou  indirectement  au  moins  25 p. cent  du  capital  de

la soci été qui paie l es dividendes;

iii) 15 p. cent du montant brut des dividendes dans tous les autres cas.

Les dispositions du présent  paragraphe  n'affectent pas  l'impositi on de  la  société  au  titre  des

bénéfices qui servent au paiement des dividendes.

3.  Un  résident  du  Viêt  Nam  qui  reçoit  des  divi dendes  payés  par  une  soci été  qui  est  un

résident de  France peut obtenir  le  remboursement  du  précompte  dans  l a  mesure  où  cel ui-ci

a  été  effectivement  acquitté  par  la  société  à  raison  de  ces  dividendes.  Le  montant  brut  du

précompte  remboursé  est  consi déré  comme  un  dividende  pour  l'application  de  l a  présente

Conventi on. Il est imposable en France conformément aux dispositions du paragraphe 2.

4.  Le  terme  "dividendes"  employé  dans  le  présent  article  dési gne  les  revenus  provenant

d'actions,  actions  ou  bons  de  jouissance,  parts  de  mi ne,  parts  de  fondateur  ou  autres  parts

bénéfici aires  à  l'exception  des  créances,  ai nsi  que  les  revenus  soumis  au  régime  des

distributions  par  la  l égislation  fiscale  de  l'Etat  contractant  dont  la  soci été  distributrice  est  un

résident. Il est entendu que ce terme ne comprend pas les revenus visés à l'article 15.

5.  Les  dispositions  des  paragraphes  1,  2  et  3  ne  s'appli quent  pas  lorsque  le  bénéficiaire

effecti f  des  dividendes,  rési dent  d'un  Etat  contractant,  exerce  dans  l'autre  Etat  contractant

dont  la  soci été  qui  paie  l es  dividendes  est  un  résident,  soit  une  activité  industriell e  ou

commerciale par  l'intermédi aire d'un établissement  stable  qui  y est  situé,  soit  une  professi on

indépendante  au  moyen  d'une  base  fixe  qui  y  est  située,  et  que  la  partici pati on  génératrice

des  dividendes  s'y  rattache  effectivement.  Dans  ce  cas,  l es  dispositions  de  l'article  7  ou  de

l'article 13, suivant les cas, sont applicables.

6.  Lorsqu'une  société  qui  est  un  résident  d'un  Etat  contractant  tire  des  bénéfices  ou  des

revenus  de  l'autre  Etat  contractant,  cet  autre  Etat  ne  peut  percevoir  aucun  impôt  sur  les

dividendes  payés  par  l a  soci été,  sauf  dans  la  mesure  où  ces  divi dendes  sont  payés  à  un

résident  de  cet  autre  Etat  ou  dans  l a  mesure  où  la  partici pati on  génératrice  des  divi dendes

se rattache effectivement à un établissement stable ou à  une  basefixe  situés dans  cet autre

Etat,  ni  prél ever  aucun  impôt,  au  titre  de  l'imposition  des  bénéfices  non  distribués,  sur  les

bénéfices  non  distribués  de  l a  société,  même  si  l es  dividendes  payés  ou  les  bénéfices  non

distribués  consistent  en  tout  ou  en  partie  en  bénéfices  ou  revenus  provenant  de  cet  autre

Etat.

Article 11

Redevances

1.  Les  redevances  provenant  d'un  Etat  contractant  et  payées  à  un  résident  de  l'autre  Etat

contractant sont imposables dans cet autre Etat.

2.  Toutefois,  ces  redevances  sont  aussi  imposables  dans  l'Etat  contractant  d'où  elles

proviennent  et  sel on  la  législati on  de  cet  Etat,  mais  si  la  personne  qui  reçoi t  les  redevances

en  est  l e  bénéfici aire  effecti f,  l 'impôt  ai nsi  établi  ne  peut  excéder  10 p. cent  du  montant  brut

des redevances.

3. Le terme "redevances" employé dans l e présent article dési gne les rémunérations de toute

nature  payées  pour  l'usage  ou  la  concession  de  l'usage  d'un  droit  d'auteur  sur  une  oeuvre

littéraire,  artisti que  ou  sci enti fi que,  y  compris  les  films  cinématographi ques  ou  l es  films  ou

bandes  pour  l es  émissions  de  radio  ou  de  télévision,  d'un  brevet,  d'une  marque  de  fabrique

ou  de  commerce,  d'un  dessi n  ou  d'un  modèle,  d'un  pl an,  d'une  formule  ou  d'un  procédé

secrets,  ai nsi  que  pour  l'usage  ou  la  concessi on  de  l'usage  d'un  équipement  i ndustriel,

commercial  ou  sci enti fique,  et  pour  des  informations  ayant  trait  à  une  expéri ence  acquise

dans le domaine industriel, commercial ou scienti fique.

4. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s'appli quent pas lorsque le  bénéficiaire effectif

des  redevances,  rési dent  d'un  Etat  contractant,  exerce  dans  l 'autre  Etat  contractant  d'où

proviennent  les  redevances,  soit  une  activité  i ndustrielle  ou  commerciale  par  l'intermédi aire

d'un  établissement  stable  qui  y  est  situé,  soit  une  professi on  indépendante  au  moyen  d'une

base  fixe  qui  y  est  située,  et  que  le  droit  ou  le  bien  générateur  des  redevances  s'y  rattache

effectivement.  Dans  ce  cas,  l es  dispositions  de  l'article  7  ou  de  l'article  13,  suivant  l es  cas,

sont applicables.

5.  Les  redevances  sont  considérés  comme  provenant  d'un  Etat  contractant  lorsque  le

débiteur  est  cet  Etat  contractant  l ui-même, une  collectivité  locale  ou  un  résident  de  cet  Etat.

Toutefois,  lorsque  le  débiteur  des  redevances,  qu'il  soit  ou  non  un  résident  d'un  Etat

contractant,  a  dans  un  Etat  contractant  un  établissement  stabl e,  ou  une  base  fixe,  pour

lequel l'obligation de payer les redevances a été contractée et  qui  supporte  la  charge  de  ces

redevances,  celles-ci  sont  consi dérées  comme provenant  de  l'Etat  où  l'établissement  stable,

ou l a base fixe, est situé.

6.  Lorsque,  en  raison  de  rel ations  spéci ales  existant  entre  l e  débiteur  et  le  bénéficiaire

effecti f  ou  que  l'un  et  l'autre  entreti ennent  avec  de  ti erces  personnes,  le  montant  des

redevances, compte tenu  de  la  prestati on  pour  laquelle elles sont payées,  excède  celui dont

seraient convenus l e débi teur et le bénéfici aire effecti f en l'absence de pareilles relations, les

dispositions  du  présent  article  ne  s'appliquent  qu'à  ce  derni er  montant.  La  partie

excédentaire  est  imposable  selon  la  législation  de  chaque  Etat  contractant  et  compte  tenu

des autres dispositions de l a présente Conventi on.

Article 12

Gains en capital

1.  Les  gai ns  qu'un  résident  d'un  Etat  contractant  tire  de  l'aliénati on  de  bi ens  immobiliers

visés à l'article 6 et situés dans l'autre Etat contractant sont imposables dans cet autre Etat.

2.  Les  gai ns  provenant  de  l'ali énation  d'actions,  parts  ou  autres  droi ts  dans  une  soci été  ou

une  autre  personne  moral e  possédant  directement  ou  indirectement  des  biens  immobiliers

situés dans un Etat contractant ou des  droi ts  portant  sur de tels biens  sont  imposables dans

cet Etat lorsqu'ils sont soumis, selon la législation de cet Etat, au même régime fiscal que les

gains provenant de l 'aliénati on de bi ens immobiliers.

3.  Les  gai ns  provenant  de  l'ali énation  de  biens  mobiliers  qui  font  partie  de  l'acti f  d'un

établissement  stable  qu'une  entreprise  d'un  Etat  contractant  a  dans  l'autre  Etat  contractant,

ou  de  biens  mobiliers  qui  apparti ennent  à  une  base  fixe  dont  un  rési dent  d'un  Etat

contractant  dispose  dans  l'autre  Etat  contractant  pour  l'exercice  d'une  professi on

indépendante, y compris les gains provenant de l'aliénation de cet établissement stable (seul

ou  avec  l'ensemble  de  l'entreprise)  ou  de  cette  base  fi xe,  sont  imposables  dans  cet  autre

Etat.

4.  Les  gai ns  d'un  résident  d'un  Etat  contractant  provenant  de  l'aliénation  de  navires  ou

d'aéronefs  exploités  en  trafic  i nternational  ou  de  biens  mobiliers  affectés  à  l'exploitation  de

ces navires ou aéronefs ne sont imposabl es que dans cet Etat.

5. Les gai ns provenant  de  l'ali énation de  tous  bi ens  autres  que  ceux  visés  aux  paragraphes

1, 2, 3 et 4 ne sont imposabl es que dans l'Etat contractant dont l e cédant est un rési dent.

Article 13

Professions indépendantes

1. Les  revenus  qu'un  résident  d'un  Etat  contractant  tire  d'une  profession  libérale  ou  d'autres

activités  indépendantes  ne  sont  imposables  que  dans  cet  Etat,  à  moins  que  ce  rési dent  ne

dispose  de  façon  habituell e  dans  l'autre  Etat  contractant  d'une  base  fi xe  pour  l'exercice  de

ses activités. S'il dispose d'unetelle base fixe,  les  revenus  sont  imposables  dans  l'autre  Etat

contractant mais uniquement dans la mesure où ils sont imputables à cette base fixe.

2.  L'expressi on  " profession  libérale "  comprend  notamment  les  activités  i ndépendantes

d'ordre  sci enti fi que,  littéraire,  artistique,  éducati f  ou  pédagogique,  ainsi  que  les  activités

indépendantes des médeci ns, avocats, ingénieurs, architectes, dentistes et comptables.

Article 14

Professions dépendantes

1.  Sous  réserve des  dispositi ons  des  articl es 15,  17  et  18,  les  salaires,  traitements  et  autres

rémunérations  similaires  qu'un  résident  d'un  Etat  contractant  reçoit  au  titre  d'un  emploi

salarié  ne  sont  imposables  que  dans  cet  Etat,  à  moi ns  que  l'emploi   ne  soit  exercé  dans

l'autre  Etat  contractant.  Si  l'emploi  y  est  exercé,  les  rémunérations  reçues  à  ce  ti tre  sont

imposables dans cet autre Etat.

2.  Nonobstant  les  dispositi ons  du  paragraphe  1,  les  rémunérati ons  qu'un  résident  d'un  Etat

contractant  reçoit  au  titre  d'un  emploi  salarié  exercé  dans  l'autre  Etat  contractant  ne  sont

imposables que dans l e premier Etat si:

a) Le  bénéficiaire  séjourne  dans  l'autre  Etat  pendant  une  période  ou  des  périodes

n'excédant pas au total 183 j ours au cours de toute période de douze mois consécuti fs; et

b) Les rémunérations sont payées par un empl oyeur ou pour le compte d'un employeur

qui n'est pas un résident de l'autre Etat ; et

c) La  charge  des  rémunérations  n'est  pas  supportée  par  un  établissement  stable  ou

une base fixe que l 'empl oyeur a dans l'autre Etat.

3.  Nonobstant  les  dispositi ons  précédentes  du  présent  article,  l es  rémunérati ons  reçues  au

titre  d'un  emploi  salarié  exercé  à  bord  d'un  navire  ou  d'un  aéronef  expl oité  en  trafic

international par un rési dent d'un Etat contractant sont imposables dans cet Etat.

Article 15

Jetons de présence

Les  j etons  de  présence  et  autres  rémunérations  similaires  qu'un  résident  d'un  Etat

contractant  reçoit  en  sa  qualité  de  membre  du  conseil  d'admi nistrati on  ou  de  surveillance

d'une  soci été  qui  est  un  résident  de  l'autre  Etat  contractant  sont  imposabl es  dans  cet  autre

Etat.

Article 16

Artistes et sportifs

1.  Nonobstant  les  dispositi ons  des  articl es  13  et  14,  les  revenus  qu'un  résident  d'un  Etat

contractant  tire  de  ses  activités  personnelles  exercées  dans  l'autre  Etat  contractant  en  tant

qu'artiste du spectacle, tel qu'un artiste de théâtre, de ci néma, de l a radio ou de la tél évision,

ou qu'un musici en, ou en tant que sporti f, sont imposables dans cet autre Etat.

2.  Lorsque  les  revenus  d'activités  qu'un  artiste  du  spectacle  ou  un  sporti f  exerce

personnellement  et  en  cette  qualité  sont  attribués  non  pas  à  l'artiste  ou  au  sporti f  lui-même

mais  à  une  autre  personne,  ces  revenus  sont  imposables,  nonobstant  l es  dispositions  des

articles  7,  13  et  14,  dans  l'Etat  contractant  où  les  activités  de  l'artiste  ou  du  sporti f  sont

exercées.

3.  Nonobstant  les  dispositi ons  du  paragraphe  1,  les  revenus  qu'un  artiste  ou  un  sporti f,

résident  d'un  Etat  contractant,  tire  de  ses  activités  personnell es  exercées  dans  l'autre  Etat

contractant  en  cette  qualité  ne  sont  imposables  que  dans  le  premi er  Etat  l orsque  ces

activités  dans  l'autre  Etat  sont  fi nancées  principalement  par  des  fonds  publics  du  premier

Etat, d'une collectivité l ocal e ou d'une personne morale de droit public de cet Etat.

4.  Nonobstant  les  dispositi ons  du  paragraphe  2,  lorsque  les  revenus  d'activités  qu'un  artiste

ou un sporti f, résident d'un Etat contractant, exerce personnellement et en  cette  qualité  dans

l'autre  Etat  contractant  sont  attribués  non  pas  à  l'artiste  ou  au  sporti f  lui-même  mais  à  une

autre  personne,  ces  revenus ne  sont  imposabl es,  nonobstant  les  dispositions  des  articles  7,

13 et 14,  que  dans  le premier Etat  lorsque  cette  autre  personne  est  fi nancée  pri ncipal ement

par desfonds publics de cet Etat, d'une collectivité  locale  ou  d'une  personne  moral e  de droit

public de cet Etat.

Article 17

Pensions

Sous  réserve  des  dispositi ons  du  paragraphe  2  de  l'articl e  18,  l es  pensions  et  autres

rémunérations  similaires  payées  à  un  résident  d'un  Etat  contractant  au  titre  d'un  emploi

antérieur ne sont imposables que dans cet Etat.

Article 18

Foncti ons publiques

1.    a) Les rémunérations, autres que l es pensions, payées par un Etat contractant ou l'une

de  ses  collectivités  l ocales,  ou  par  une  de  leurs  personnes  moral es  de  droit  public,  à  une

personne physi que au titre des services rendus à cet Etat, coll ectivité ou personne morale ne

sont imposabl es que dans cet Etat.

b) Toutefois, ces rémunérati ons ne sont imposabl es que dans l'autre Etat contractant si

les services sont rendus dans cet Etat et  si  la personne physique est un  résident  de  cet Etat

et en possède l a nati onalité sans posséder en même temps l a nationalité du premier Etat.

2.     a) Les pensions payées par un Etat contractant ou l'une de ses collectivités l ocal es, ou

par  une  de  leurs  personnes  morales  de  droit  public,  soi t  directement,  soi t  par  prélèvement

sur des fonds qu'ils ont consti tués, à une personne physique autitre de services rendus à cet

Etat, collectivité ou personne morale ne sont imposabl es que dans cet Etat.

b) Toutefois,  ces  pensions  ne  sont  imposables  que  dans  l'autre  Etat  contractant  si   la

personne physi que est un résident de cet Etat et en possède l a nationalité sans posséder en

même temps l a nati onalité du premi er Etat.

3.  Les  dispositions  des  articles  14,  15  et  17  s'appliquent  aux  rémunérations  et  pensi ons

payées  au  titre  de  services  rendus  dans  l e  cadre  d'une  activité  industriell e  ou  commerciale

exercée  par  un  Etat  contractant  ou  l'une  de  ses  collectivités  l ocal es  ou  par  une  de  l eurs

personnes morales de droit public.

Article 19

Etudiants

Les  sommes  qu'un  étudiant  ou  un  stagi aire  qui  est,  ou  qui  était  immédiatement  avant  de  se

rendre  dans  un  Etat  contractant,  un  rési dent  de  l'autre  Etat  contractant  et  qui  séj ourne  dans

le  premi er  Etat à  seul efin  d'y  poursuivre  ses études  ou  sa formation,  reçoit  pour  couvrir  ses

frais d'entreti en,  d'études ou deformation  ne  sont  pas  imposables  dans  cet  Etat,  à  conditi on

qu'elles proviennent de sources situées en dehors de cet Etat.

Article 20

Autres revenus

1. Les éléments du revenu d'un résident d'un Etat contractant, d'où qu'ils provi ennent, qui  ne

sont  pas  traités  dans  l es  articles  précédents  de  la  présente  Convention  ne  sont  imposables

que dans cet Etat.

2. Les dispositions du paragraphe 1 ne s'appli quent pas aux revenus  autres que  l es  revenus

provenant de  bi ens  immobiliers  tels  qu'ils  sont  définis  au paragraphe  2  de  l'article  6,  lorsque

le  bénéficiaire  de  tels  revenus,  résident  d'un  Etat  contractant,  exerce  dans  l'autre  Etat

contractant,  soi t  une  activité  i ndustrielle  ou  commerci ale  par  l'i ntermédiaire  d'un

établissement  stable  qui  y  est  situé,  soi t  une  professi on  i ndépendante  au  moyen  d'une  base

fixe  qui  y  est  située,  et  que  le  droit  ou  le  bien  générateur  des  revenus  s'y  rattache

effectivement.  Dans  ce  cas,  l es  dispositions  de  l'article  7  ou  de  l'article  13,  suivant  l e  cas,

sont applicables.

Article 21

Fortune

1. La fortune constituée par des bi ens immobiliers visés à l'article 6, que possède un rési dent

d'un  Etat  contractant et qui   sont  situés  dans  l'autre  Etat  contractant,  est  imposable  dans  cet

autre Etat.  Les dispositions du présent  paragraphe  s'appli quent  aussi à  la fortune  consti tuée

par les actions, parts ou autres droi ts visés au paragraphe 2 de l'article 12, qui est imposable

dans l'Etat contractant où les biens immobiliers sont situés.

2.  La  fortune  constituée  par  des  bi ens  mobiliers  qui  font  parti e  de  l'acti f  d'un  établissement

stabl e  qu'une  entreprise  d'un  Etat  contractant  a  dans  l'autre  Etat  contractant,  ou  par  des

biens  mobiliers  qui  appartiennent  à  une  base  fixe  dont  un  résident  d'un  Etat  contractant

dispose  dans  l'autre  Etat  contractant  pour  l'exercice  d'une  profession  indépendante,  est

imposable dans cet autre Etat.

3.  La  fortune  d'un  rési dent  d'un  Etat  contractant  constituée  par  des  navires  et  des  aéronefs

exploi tés  en  trafic  international  ainsi  que  par  des  biens  mobiliers  affectés  à  leur  exploitation

n'est imposable que dans cet Etat.

4.  Tous  l es  autres  éléments  de  la  fortune  d'un  résident  d'un  Etat  contractant  ne  sont

imposables que dans cet Etat.

Article 22

Elimination des doubles impositions

1. En ce qui concerne la France, les doubl es impositions sont évitées de la façon suivante.

a)  Les  revenus  qui  proviennent  du  Viêt  Nam,  et  qui   sont  imposables  ou  ne  sont

imposables  que  dans  cet  Etat  conformément  aux  dispositi ons  de  la  présente  Convention,

sont pris en compte pour le calcul de l'impôt français lorsque leur bénéficiaire est un rési dent

de  France  et  qu'ils  ne  sont  pas  exemptés  de  l 'impôt  sur  l es  sociétés  en  application  de  la

législati on  française.  Dans  ce  cas,  l 'impôt  vietnamien  n'est  pas  déductibl e  de  ces  revenus,

mais  le  bénéfici aire  a  droit  à  un  crédit  d'impôt  imputable  sur  l'impôt  français.  Ce  crédit

d'impôt est égal:

i) pour  tous  les  revenus  autres  que  ceux  qui  sont  mentionnés  au  ii  ci-après,  au

montant de l'impôt français correspondant à ces revenus;

ii) pour  les  revenus  visés  aux  articles  10  et  11,  aux  paragraphes  1  et  2  de  l'article

12,  au  paragraphe  3  de  l'articl e  14,  à  l'article  15  et  aux  paragraphes  1  et  2  de

l'article  16,  au  montant  de  l'impôt  payé  au  Viêt  Nam  par  l e  bénéficiaire  sur  l es

revenus  consi dérés  conformément aux  dispositi ons de  ces  articles  ou  paragraphes

; ce crédit  ne  peut  toutefois excéder  l e  montant  de  l'impôtfrançais  correspondantà

ces revenus;

b) Lorsque,  conformément  aux  disposi tions  du a,  le crédit  d'impôt  imputable sur  l'impôt

français  est  égal   au  montant  de  l'impôt  payé  au  Viêt  Nam,  ce  montant  est  réputé  égal  au

montant  de  l'impôt  qui  aurait  été  payé  au  Vi êt  Nam  en  application  des  dispositions  de  droit

commun  de  la  l égisl ation  vietnamienne  et  dans  les  limites  fixées  par  l a  Convention,  si  les

revenus en cause n'avai ent pas bénéfici é des réductions ou exonérations fi scales en vi gueur

à la date de signature de la Convention, telles qu'elles sont prévues dans l a loi vietnamienne

du  29  décembre  1987  sur  les  investissements  étrangers  en  République  socialiste  du  Viêt

Nam.  Les autorités  compétentes  des  deux  Etats  contractants  peuvent  d'un  commun  accord,

pour  la  durée  qu'elles  déterminent,  étendre  les  présentes  dispositi ons  aux  réducti ons  ou

exonérations fiscales qui serai ent instituées après la date  de  signature  de  la  Convention afin

de promouvoir le développement économique du Viêt Nam.

c) En  ce  qui  concerne  l'application  du  a  aux  revenus  visés  à  l'article  11,  lorsque  le

montant  de  l'impôt  payé  au  Viêt  Nam  conformément  aux  dispositions  de  cet  article  -à

l'exclusi on  du  montant  réputé  payé  tel  qu'il  est  défini  au  b  -  excède  le  montant  de  l'impôt

français  correspondant  à  ces  revenus,  l e  rési dent  de  France  bénéfici aire  de  ces  revenus

peut  soumettre  son  cas  à  l'autorité  compétentefrançaise.  S'il  l ui  apparaît  que  cette  situation

a  pour  conséquence  une  imposition  qui  n'est  pas  comparabl e  à  une  impositi on  du  revenu

net,  cette  autorité  compétente  peut,  dans  l es  conditions  qu'elle  détermine,  admettre  en

déducti on  de  l'impôt  français  sur  les  autres  revenus  de  source  étrangère  de  ce  résident  le

montant non imputé de l'impôt payé au Vi êt Nam.

d) Un  rési dent  de  France  qui  possède  de  la  fortune  imposable  au  Viêt  Nam

conformément  aux  dispositi ons  des  paragraphes  1  ou  2  de  l'article  21  est  également

imposable  en  France  à  raison  de  cette  fortune.  L'impôt  français  est  calculé  sous  déduction

d'un  crédit d'impôt égal  au  montant  de  l'impôt  payé  au  Viêt  Nam  sur  cette  fortune.  Ce  crédit

d'impôt ne peut excéder le montant de l'impôt français correspondant à cette fortune.

2. En ce qui concerne le Viêt Nam, les doubl es impositions sont évitées de l a façon suivante.

Lorsqu'un  résident  du  Vi êt  Nam  reçoit  des  revenus  ou  possède  de  l a  fortune  qui,

conformément  aux  dispositi ons  de  la  Convention,  sont  imposables  en  France,  l e  Vi êt  Nam

accorde:

a) Sur  l'impôt  qu'il  perçoit  sur  les  revenus  de  ce  rési dent,  une  déduction  d'un  montant

égal à l'impôt sur l e revenu payé en France;

b) Sur  l'impôt  qu'il  perçoit  sur  la  fortune  de  ce  résident,  une  déduction  d'un  montant

égal à l'impôt sur l a fortune payé en France.

Dans l'un ou l'autre cas, cette déducti on ne peut toutefois excéder la fraction de l'impôt sur le

revenu ou de  l'impôt  sur  la fortune,  calculé  avant  déducti on,  correspondant  selon  le  cas  aux

revenus ou à l a fortune imposabl es au Viêt Nam.

Article 23

Procédure ami able

1.  Lorsqu'une  personne  estime  que  l es  mesures  prises  par  un  Etat  contractant  ou  par  les

deux  Etats  contractants  entraînent  ou  entraîneront  pour  elle  une  imposition  non  conforme

aux  dispositions  de  l a  présente  Conventi on,  elle  peut,  indépendamment  des  recours  prévus

par  le  droit  interne  de  ces  Etats,  soumettre  son  cas  à  l'autorité  compétente  de  l 'Etat

contractant dont elle est un rési dent. Le cas doit être soumis dans l es trois ans qui suivent la

première noti fication de la mesure qui entraîne une imposition non conforme aux dispositions

de l a Conventi on.

2. L'autorité  compétente  s'efforce,  si  la  réclamation  lui  paraît  fondée  et  si  elle  n'est  pas  elle

même  en  mesure  d'y  apporter  une  soluti on  satisfaisante,  de  résoudre  le  cas  par  voie

d'accord  amiable  avec  l'autorité  compétente  de  l'autre  Etat  contractant,  en  vue  d'éviter  une

imposition  non  conforme  à  la  Convention.  L'accord  est  appliqué  quels  que  soient  l es  délais

prévus par le droit i nterne des Etats contractants.

3. Les autorités compétentes des Etats contractant s'efforcent, par voie d'accord ami able, de

résoudre  l es  di fficultés  auxquelles  peuvent  donner  lieu  l'i nterprétation  ou  l'applicati on  de  la

Conventi on. Elles peuvent aussi se concerter en vue d'éliminer la double imposition dans les

cas non prévus par la Conventi on.

4.  Les  autorités  compétentes  des  Etats  contractants  peuvent  communiquer  directement

entre  elles  en  vue  de  parvenir  à  un  accord  comme  il  est  i ndi qué  aux  paragraphes

précédents.

5.  Les  autorités  compétentes  des  Etats  contractants  peuvent  régler  les  modalités

d'application  de  l a  Convention,  et  notamment  les  formalités  que  doivent  accomplir  les

résidents  d'un  Etat  contractant  pour  obtenir,  dans  l'autre  Etat  contractant,  les  réducti ons  ou

exonérations  d'impôt  et  autres  avantages  fiscaux  prévus  par  la  Convention.  Ces  formalités

peuvent  comprendre  la  présentati on  d'un  formulaire  d'attestation  de  rési dence  indi quant  en

particuli er  la  nature  et  le  montant  ou  l a  val eur  des  revenus  ou  de  l a  fortune  concernés  et

comportant la certi fication des services fiscaux du premi er Etat.

Article 24

Echange de renseignements

1.  Les  autorités  compétentes  des  Etats  contractants  échangent  les  renseignements

nécessaires  pour  appliquer  les  dispositi ons  de  la  présente  Convention,  ou  celles  de  la

législati on i nterne des Etats contractants relative aux impôts visés par la Convention, dans la

mesure  où  l'imposition  qu'elle  prévoit  n'est  pas  contraire  à  la  Convention.  L'échange  de

rensei gnements  n'est  pas  restrei nt  par  l'article  1er.  Les  rensei gnements  reçus  par  un  Etat

contractant  sont  tenus  secrets  de  l a  même  manière  que  l es  rensei gnements  obtenus  en

application de l a législati on interne de cet Etat et ne sont communiqués qu'aux personnes ou

autorités  (y  compris  les  tribunaux  et  organes  administrati fs)  concernées  par  l'établissement

ou  l e  recouvrement  des  impôts  visés  par  la  Conventi on,  par  les  procédures  ou  poursuites

concernant  ces  impôts,  ou  par  l es  décisions  sur  les  recours  rel ati fs  à  ces  impôts.  Ces

personnes  ou  autorités  n'utilisent  ces  renseignements  qu'à  ces  fins.  Elles  peuvent  en  faire

état au cours d'audiences publiques detribunaux ou dans des jugements.

2.  Les  dispositions  du  paragraphe  1  ne  peuvent  en  aucun  cas  être  interprétées  comme

imposant à un Etat contractant l'obligation:

a) De  prendre  des  mesures  administratives  dérogeant  à  sa  l égislation  et  à  sa  pratique

administrative ou à celles de l'autre Etat contractant;

b) De  fournir  des  renseignements  qui  ne  pourraient  être  obtenus  sur  l a  base  de  sa

législati on ou dans le cadre de sa pratique administrative normal e ou de celles de l'autre Etat

contractant;

c) De  fournir  des  renseignements  qui  révél eraient  un  secret  commercial,  i ndustriel,

professionnel  ou  un  procédé  commercial  ou  des  renseignements  dont  la  communicati on

serait contraire à l'ordre public.

Article 25

Foncti onnaires di plomatiques et consulaires

Les  dispositions  de  l a  présente  Conventi on  ne  portent  pas  attei nte  aux  privilèges  fiscaux

dont  bénéfici ent  les  fonctionnaires  dipl omatiques  et  consulaires  en  vertu  soit  des  règles

général es du droit i nternational, soit des dispositi ons d'accords particuli ers.

Article 26

Extension territoriale

1.  La  présente  Convention  peut  être  étendue,  telle  quelle  ou  avec  les  modi ficati ons

nécessaires,  aux  territoires  d'outre-mer  et  autres  coll ectivités  territoriales  de  la  Républi que

française,  qui  perçoivent  des  impôts  de  caractère  anal ogue  à  ceux  auxquels  s'appli que  la

Conventi on.  Une  telle  extension  prend  effet  à  partir  de  l a  date  qui  est  fixée  d'un  commun

accord entre les Etats contractants, par échange de notes di plomatiques ou sel ontoute autre

procédure,  en  conformité  avec  l eurs  dispositions  constituti onnelles.  Cet  accord  prévoit

également,  s'il  y  a  lieu,  les  modi ficati ons  nécessaires  de  la  Convention  et  les  conditions  de

son applicati on aux territoires d'outre-mer et autres  collectivités  territorial es auxquels  ell e  est

étendue.

2.  A  moins  que  les deux Etats  contractants  n'en  soi ent  convenus  autrement,  la  dénonci ation

de  l a  Conventi on  par  l'un  d'eux  en  vertu  de  l'articl e  28  mettra  aussi  fi n,  dans  les  conditi ons

prévues à cet article, à l'applicati on de la Convention à tout territoire ou coll ectivité territoriale

auquel elle a été étendue conformément au présent article.

Article 27

Entrée en vigueur

1.  Chacun  des  Etats  contractants  noti fiera  à  l'autre  l'accomplissement  des  procédures

requises  en  ce  qui  l e  concerne  pour  l a  mise  en  vigueur  de  la  présente  Convention.  Celle-ci

entrera  en  vi gueur  l e  premier  jour  du  deuxième  mois  suivant  l e  jour  de  réception  de  la

derni ère de ces noti ficati ons.

2. Ses dispositions s'appliqueront pour la premi ère fois:

a) En ce qui concerne  l es  impôts perçus  par  voie de  retenue à  la  source,  aux  sommes

imposables à compter de l a date d'entrée en vi gueur de la Convention;

b) En  ce  qui  concerne  l es  autres  impôts  sur  le  revenu,  aux  revenus  réalisés  pendant

l'année  civile  ou  l'exercice  comptable  en  cours  à  la  date  d'entrée  en  vigueur  de  la

Conventi on;

c) En ce qui concerne les impôts sur l a fortune, à la fortune imposable au 1er janvi er de

l'année d'entrée en vi gueur de la Conventi on.

Article 28

Dénonciation

1.  La  présente  Convention  demeurera  en  vigueur  sans  limitati on  de  durée.  Toutefois,  après

la  cinquième  année  civile  suivant  celle  au  cours  de  laquelle  l a  Conventi on  est  entrée  en

vigueur,  chacun  des  Etats  contractants  pourra,  moyennant  un  préavis  minimum  de  6  mois

noti fi é par la voi e di plomatique, la dénoncer pour la fin d'une année civile.

2. Dans ce cas, ses dispositions s'appliqueront pour la dernière fois:

a) En ce qui concerne  l es  impôts perçus  par  voie de  retenue à  la  source,  aux  sommes

imposables autitre de l'année civile pour la fi n de laquell e la dénonciation aura été noti fi ée;

b) En  ce  qui  concerne  l es  autres  impôts  sur  le  revenu,  aux  revenus  réalisés  pendant

l'année civile pour lafin de laquelle la dénonci ation  aura été noti fi ée  ou  afférents  à  l'exercice

comptabl e clos au cours de cette année;

c) En ce qui concerne les impôts sur l a fortune, à la fortune imposable au 1er janvi er de

l'année civile pour la fin de laquelle la dénonci ation aura été noti fi ée.

En  foi  de  quoi  les  soussignés,  dûment  autorisés  à  cet  effet,  ont  signé  l a  présente

Conventi on.

Fait  à  Hanoï,  le  10  février  1993,  en  double  exemplaire,  en  langues  française  et

Vietnamienne, l es deux textes faisant également foi.

Pour l e Gouvernement de la République française:

MARTIN MALVY, Ministre du budget

Pour l e Gouvernement de la République soci aliste du Viêt Nam

HO TE, Ministre desfinances